Les échappés de mélusine

MaraisNight 2013, St George de Rex(79), 6 octobre

27/10/2013 - Lu 2572 fois
  • Note moyenne : 2.04/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 2.0/5 (27 notes)

MaraisNight 2013, St George de Rex(79), 6 octobre

 

En ce 6 octobre, nous démarrons notre saison de CO, par cette course atypique qu’est la MaraisNight à St George de Rex (79). Pour nous il n’y aura que le marais, pas la night, car comme pour l’édition 2011 nous avons choisi la plus courte durée proposée : 3H. Une vingtaine d’équipe a répondu présent sur ce format.
Les consignes sont claires, nous avons jusqu’à midi pour ramasser un max de balises pondérées de 5 à 40 points sur deux cartes, avec comme contrainte de pointer obligatoirement deux balises Bonus/Malus sur la première carte.
 
Départ donné un peu avant 9h00 sous un ciel clément.  Les cartes nous attendent au bout du terrain de foot, sur un banc. On commence à tracer notre itinéraire en nous apercevant que les cartes sont en papier classique… Guillaume me demande si j’ai mon protège carte ? … euh non il est à la Chaize…. Petites tergiversions… Guillaume me laisse tracer l’itinéraire et part à la recherche d’un plastique qu’il obtiendra gracieusement auprès de l’orga. Un grand merci à eux ! Après ce petit coup de stress, notre stratégie est claire : prendre un max de balises avant de rejoindre le passage sur l’autre carte où nous ferons le point côté chrono. Nous traçons également notre retour sur cette première carte.   
 
Les premières balises (1-2-B-14) se passent sans encombre jusqu’à la 17 où les vaches nous obligent à longer le champ par l’extérieur après s’être frayer un passage dans le buisson très épais puis en laissant un morceau de peau sur un barbelé par trop vigoureux. Il faut ensuite récupérer la 7, mais les premières conches font leurs apparitions. Pas trop téméraire en ce début de CO nous préférons faire marcher nos jambes en longeant la conche de 3 m de large plutôt que de traverser. Nous arrivons dans la zone la plus technique de cette première carte. Cela ne semble pas trop compliquer sur la carte, toutes les conches sont marquées en fossé humide…. Mais sur le terrain cela n’a rien à voir… les fossés humide font entre 2 et 4 mètres de large. Nos plants vont vite changer et notre itinéraire se voit un peu chamboulé devant les nombreux refus d’obstacle. Perso, je commence à en avoir marre de faire des allés et retour pour contourner ces maudites conches. Aller guillaume on traverse… mon collègue pas trop aventureux préfère courir…  C’est seulement en approchant de la 26 que l’on se jette à l’eau après un passage dans une zone très sales où nous avançon à la machette dans les ronces et la végétation très typique du marais avec ces bardanes qui se collent aux vêtements jusqu’à la machine à laver … Première traversé donc, où je laisse guillaume s’élancer en premier… toujours très courageux vous ne trouver pas ? Balise 26 en poche, puis 23-19-22 … tout s’enchaîne plus vite. Qu’est ce que l’on a été con de ne pas se lancer à l’eau plus tôt… Puis nous rejoignons l’autre carte. Il nous reste 1h30… on estime à 45 minutes le retour, il ne faut pas trainer plus de 45 minutes sur cette carte. Nous visons les balises qui rapportent le plus de point. Tout s’enchaîne bien, les conches ne nous font plus peur, mais il ne faut pas perdre de temps tout de même. Nous prendrons 18/33 balises sur cette carte plus simple techniquement que la première. Il nous reste entre 35 et 40 minutes, pour en découdre avec la première carte. Les balises sont moins techniques sur cette partie urbaine. Seule la balise 5, annoncée comme mal placée au départ, va nous échapper. Nous terminons quelques minutes avant midi avec 675 points, et plus de 28 km dans les jambes.
Une fois de plus énormes plaisir à chercher les toiles dans la nature, dans ce beau marais poitevin, entre conches, végétation très dense, faune et flore typique du marais…  
 
Un grand bravo pour cette organisation qui mérite d’être plus connue, avec ses formules pour tout le monde (entre 24h et 3h), son bon état d’esprit de convivialité et ses sympathiques organisateurs du Bourdet Team. (Merci encore Kolia  pour le plastique sans lequel notre sortie dominicale aurait tournée court)
  
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | addicious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |