Les échappés de mélusine

MegaloNight 2018, samedi 15 décembre, Azay-le-rideau

17/12/2018 - Lu 216 fois
  • Note moyenne : 0.00/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 0.0/5 (0 notes)

MegaloNight 2018, samedi 15 décembre, Azay-le-rideau

Samedi 15 décembre 2018, nous prenons la direction d’Azay le Rideau pour la 2ème édition de la mégalo nouvelle formule. Nous sommes 2 équipes des Echappés (Antho/Christophe et David/guillaume) à braver la météo du week-end (1°C et une pluie alternant averses et crachin).

Nous arrivons sur place vers 15H et force est de constater que le temps n’est guère mieux ici puisque les arbres sont encore givrés et la pluie redouble. Heureusement, l’appel de la forêt est là car sinon on serait restés au chaud. Petite déception sur place en apercevant le nouveau secteur CO du côté d’Azay le Rideau à forte dominante urbaine et campagnarde. Allez ne faisons pas la fine bouche il reste tout de même une grosse partie de la carte en forêt.

Rapide mais solide collation, puis changement de tenue en n’oubliant pas les vêtements de pluie et nous voilà déjà au briefing. Au programme, 8 H de CO au score pour 106 postes répartis sur 2 cartes A3 au 1/12 500 et 1/15 000.

Nous prenons le temps (et c’est peu de le dire) de tracer notre itinéraire complet en ne manquant pas de se faire chambrer par le speaker puisque nous sommes bons derniers à sortir de la salle.

Le froid est rude une fois la porte de la salle passée. Les doigts sont gelés mais pas pour longtemps. Je pointe le premier poste au bout de 9 minutes un peu énervé et nous attaquons un long faux plat montant et rattrapons 4 équipes dont notre 2ème doublette des Echappés au poste 224 où Antho est perturbé par un prébalisage trainant en forêt avec le même n° de poste. Nous faisons avec eux les 8 postes suivants sur un rythme un peu trop soutenu à mon goût : tous les ans c’est la même chose et on ne changera pas. 

Il est 17H15 et déjà temps d’allumer nos frontales pour le reste de la nuit. Nous commettons quelques petites erreurs en sortie de postes notamment sur :
223/222 : sortie de poste trop à l'est
219/174  : attirés par les frontales de 2 autres équipes.
200/209 : un choix d’itinéraire un peu trop ambitieux devant la densité de la végétation nous obligeant de passer par le ravito et contourner la zone plutôt sale.

Nous arrivons à l’extrémité ouest de la carte dans un carré technique avec de la végétation basse. La progression est plus lente mais nous sommes plutôt propres en suivant les fossés. Nous commettons un petit jardinage sur la liaison 190/186 et un plus gros je l’avoue à la sortie de la 188 par ma faute. Nous laissons échapper quelques minutes et quelques jurons. La suite est plus fluide.

Les chemins sont gras comme tous les ans à cette période de l’année. La pluie s’est transformée en crachin et nous n’y prêtons même plus attention. La traversée de fossés ou zone humides couverts de glace nous rappellent tout de même les conditions météo déplorables.

Comme tous les ans j’ai le droit aux chutes artistiques de mon binôme qui en plus de la note technique y ajoute quelques noms d’oiseau rajoutant du comique à cette tragédie ! Un vrai bonheur vu de derrière. De mon côté j’échappe à la correctionnelle en voulant éviter un tronc d’arbre (dommage pour David).

Nous repassons devant le ravito sans s’arrêter et nous reprenons nos vieilles habitudes : comptage de layons, suivis de fossés, verrouillage de distances… et quelques petites engueulades viennent rompre le traintrain de cette virée nocturne.

Encore 3 approximations sur les liaisons 203/2015, 215/246 et 176/179 qui nous valent quelques hectomètres de rab. Nous en sommes à 5 heures de courses et nous sortons tout juste de la forêt. 

David freine intelligemment mes ardeurs en me rappelant que cette année la partie urbaine va être longue. Les postes ne sont pas techniques mais l’itinéraire optimum n’est pas évident. Au gré de notre avancée nous changeons 2-3 fois nos plans de départ. Pas grand-chose à noter si ce n’est que la fatigue commence réellement à se faire sentir notamment dans les traversées de pré et sur les faux plats montants. Il est plus de 23H et il est temps de regagner la salle pour reposer nos vieilles jambes.

Bilan : 58.3 km pour 7h12 de course avec une première place à la clé et un podium avec Antho et Christophe auteurs d’une belle CO, la solide équipe des Petits Suisses Normands (podium au championnat de France des raid + participation épreuves européennes) s’intercalant sur le podium à la 2ème place. Merci aux organisateurs pour les cartes proposées, le repas d’après course et l’ambiance générale. Nous avons pris une nouvelle fois un grand plaisir et cela malgré la météo capricieuse. Nouveautés cette année : je n’ai même pas pris le temps de manger mon sandwich et David ne s’est pas plaint de crampes. Incroyable ! Quel plaisir de partager le podium avec les gars qui ont réalisés une très belle course.

Le seul petit bémol de notre côté c’est la partie urbaine, certe très interessante pour un format sprint, mais un peu longue à notre goût alors que votre forêt est un magnifique secteur de jeu ! A l’année prochaine.

Les résultats 

 

 

 

Auteur : Guillaume Bailly infos sur l'auteur | contactez l'auteur | le site de l'auteur
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | addicious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |